En 2018, les maïs fourrage LG performant dans un contexte climatique atypique

L'été 2018 a été marqué par des températures supérieures aux valeurs saisonnières et par une vague de chaleur exceptionnelle sur l'ensemble du pays du 24 juillet au 8 août. Les températures sont généralement restées supérieures aux normales, notamment sur un large quart nord-est où elles ont souvent été 2 à 3°C au-dessus des normales.

Ces températures élevées ont pu nuire à la floraison, la pollinisation et au remplissage des épis du maïs fourrage. Cela a aussi eu pour conséquence des décalages de maturité entre la plante et l’épi et une dessication rapide en fin de cycle de végétation.

La pluviométrie a été contrastée cet été notamment entre l’Ouest (+20%) et l’Est de la France (-30 à -60%). La combinaison de températures élevées et d’une faible pluviométrie a contribué à un assèchement prononcé de la superficie des sols. Les maïs peu enracinés par suite des conditions humides d’implantation au printemps ont souffert lors des périodes de floraison et de remplissage, ne pouvant aller chercher l’eau en profondeur. La détermination de la date optimale de récolte a été compliquée par ce climat avec des chantiers d’ensilage qui ont pu débuter dès la fin juillet.

50% des maïs fourrage récoltés trop tard

Dans ce contexte, la synthèse des essais réalisée par LG Semences montre une matière sèche moyenne de 35.5% au niveau national (toutes génétiques, toutes précocités, toutes régions). Ainsi, 50% des maïs fourrage ont été récoltés trop tard (>50% matière sèche) et seuls 40% sont compris dans la fenêtre recommandée (30-35% de matière sèche). Cette matière sèche élevée pénalise le tassement au silo et entraîne des défauts de fermentation et donc de conservation. Par ailleurs, le maïs fourrage trop sec est moins bien consommé par les animaux.

La valeur énergétique moyenne des maïs fourrage en 2018 se situe à 0.89 UFL, soit en-dessous de celle de 2017 (-2.5%). Cette valeur s’explique par une faible dMO liée à un plus faible taux d’amidon (32% vs 36% en 2017) et à une digestibilité des tiges et des feuilles moyenne (49.6 en 2018). Cette moindre valeur énergétique nécessitera de complémenter les rations en énergie pour conserver un même niveau de performance.

Maïs HDi® : +0.7 litres lait/vache/jour

LOGO_HDI-NouvelleGeneration_Noir_CMJN

Cette année encore, la génétique LG et les hybrides HDi® montrent tout leur intérêt pour garantir la régularité de production d’un fourrage de qualité et la facilité d’utilisation dans toutes les rations. Au niveau national, les hybrides LG sont plus énergétiques et plus digestibles. En particulier, la plus-value en valeur alimentaire des hybrides HDi® est de +3 points de DINAG, +2% d’UF pour + 0.7 litre de lait/vache/jour (à raison de 15 kg de matière sèche ingérée).

Tableau bulletin cru maïs fourrage 2018

Synthèses réalisée pour les échantillons dont la matière sèche est comprise entre 28 et 38%.

LG vous conseille aussi